Immigrants illégaux

Document Type:Thesis

Subject Area:Economics

Document 1

APERÇU 3 2. L'IMMIGRATION ILLÉGALE AUX ÉTATS-UNIS ET LE RÔLE DE L'ALÉNA 5 2. LE TRAVAIL ILLÉGAL AU QUÉBEC ET LE RÔLE DE L'ALÉNA 8 3. CONCLUSION 11 4. LES RÉFÉRENCES 13 5. ANNEXE 15 1. INTRODUCTION En 1994, trois pays, à savoir les États-Unis, le Canada et le Mexique, ont conclu un accord économique appelé l'Accord de libre-échange nord-américain (ALENA) (Cherif, 2017). L'objectif principal de l'accord, comme l'objectif de tout autre accord commercial, était de libérer le marché afin de stimuler les échanges entre les trois États membres (Cherif, 2017). Pour stimuler ce commerce, l'ALENA a cherché à faire en sorte que les obstacles au commerce tels que les droits d'importation et d'autres tarifs commerciaux soient éliminés. De manière significative, alors que le Mexique était un pays en développement avec un PIB à faible revenu, les deux autres pays étaient très développés et avaient des économies dynamiques (Villarreal et Fergusson, 2017). Idéalement, un pays avec une économie vivante est une plate-forme lucrative pour les personnes à la recherche d'opportunités d'emploi, surtout lorsque ces opportunités sont limitées dans leur pays d'origine. En tant que tel, le problème de l'immigration illégale, en particulier par les citoyens mexicains aux États-Unis était déjà répandue (Menéndez, 2001). Pour cette raison, en devenant partenaires commerciaux du Mexique dans le cadre de l'ALENA, les États-Unis visaient à réduire le nombre d'immigrants illégaux aux États-Unis. Selon le président des États-Unis de l'époque, Bill Clinton, l'ALENA ferait en sorte que la différence salariale entre les États-Unis et le Mexique se réduise, permettant ainsi aux citoyens mexicains de subvenir aux besoins de leur famille dans leur pays d'origine (Menéndez, 2001).

Sign up to view the full document!

Évidemment, depuis sa création, l'ALENA a toujours respecté deux règles essentielles; l'intégration économique et l'arrêt de l'immigration illégale de citoyens des États membres à la recherche d'un emploi (Menéndez, 2001). En fait, l'ALENA a échoué dans ce mandat. Selon les recherches, après le début de l'ALENA, le problème du travail illégal a continué de prévaloir et s'est dans une large mesure aggravé (Verea, 2014). Actuellement, les immigrants illégaux représentent non seulement un problème pour les États-Unis, mais aussi un problème pour le Canada. En tant que tel, l'objectif de ce document est d'examiner les lacunes de l'accord de l'ALENA qui ont ouvert la voie à cette menace du travail illégal. Le document cherche à répondre à la question de savoir comment les dispositions de l'accord de l'ALENA ont provoqué l'arrivée massive d'immigrants illégaux et de travailleurs dans les États membres.

Sign up to view the full document!

Par conséquent, la croissance serait suffisante pour assurer la création d'emplois au Mexique, obligeant ainsi les Mexicains à rester dans leur pays d'origine et à chercher un emploi. Comment l'échec de l'ALENA face au problème de l'immigration illégale a-t-il aggravé la situation? C'est un fait incontesté que l'accord de l'ALENA a stimulé l'économie mexicaine. Cependant, il reste que même si l'ALENA a conduit à un développement économique massif, il n'a pas répondu aux attentes (Villarreal et Fergusson, 2017). Comme indiqué précédemment dans le présent document, parmi les trois pays membres, le Mexique avait l'économie la plus faible (Villarreal et Fergusson, 2017). Cependant, à la suite de la mise en œuvre de l'accord, son économie s'est développée. Ce nombre est particulièrement important car il confirme que le nombre d'immigrants aux États-Unis en provenance du Mexique a doublé en 2013.

Sign up to view the full document!

En effet, en 1994, juste avant la mise en œuvre de l'ALENA, le nombre d'immigrants en provenance du Mexique était 17 millions (Verea, 2014). Pour qu'une personne soit qualifiée d'immigrée clandestine, elle aurait dû traverser la frontière d'un pays d'une manière qui enfreint les lois régissant l'immigration dans ce pays. Par conséquent, certaines des manières adoptées par les Mexicains qui les rendent immigrants illégaux incluent; être trafiqué à travers la frontière, marcher ou nager à travers certaines parties de la frontière qui n'ont pas été patrouillées, creuser des tunnels sous la frontière, falsifier des documents ou même rester plus longtemps que leur visa les oblige à rester aux États-Unis (Crowe & Lucas -Vergona, 2007) Il est important de noter, cependant, que dans la mesure où le nombre d'immigrants a doublé, les États-Unis adoptent sans cesse de nouvelles façons de s'assurer que les gens n'entrent pas aux États-Unis illégalement (Verea, 2014).

Sign up to view the full document!

En resserrant les points d'entrée possibles dans le pays, les États-Unis forcent les immigrés clandestins à adopter de nouvelles voies, souvent plus risquées car susceptibles de provoquer la mort, pour entrer dans le pays (Verea, 2014). Selon les statistiques, le coût du maïs en provenance des États-Unis est au moins 30% moins cher que celui du maïs mexicain (Berrou, 2016). L'agriculture aux États-Unis se fait à grande échelle par rapport au Mexique (Berrou, 2016). À ce titre, même avant la mise en œuvre de l'ALENA, l'industrie du maïs en Amérique était plus concurrentielle que celle du Mexique. En supprimant les droits de douane, l'ALENA a beaucoup facilité l'exportation du maïs américain au Mexique par les grandes sociétés américaines. De plus, certaines de ces entreprises se sont déplacées vers le sud au Mexique (Berrou, 2016).

Sign up to view the full document!

En tant que tel, le problème auquel le pays, et en particulier le Québec, est confronté est l'incapacité des immigrants à se conformer aux dispositions du permis de travail et du permis d'études qui leur sont normalement accordés. Le Québec a trois points d'entrée où les immigrants illégaux, parfois appelés demandeurs d'asile, utilisent pour accéder à la ville et, éventuellement, au Canada. Ce sont Saint-Bernard-de-Lacolle, Saint-Armand / Philipsburg et Stanstead (Kovacs, 2018). Notamment, la plupart de ces demandeurs d'asile viennent des États-Unis (Kovacs, 2018). Lorsqu'ils sont capturés, la plupart d'entre eux demandent souvent l'asile et se voient accorder le statut de réfugié (Kovacs, 2018), si leur demande est acceptée. La figure 1 montre un exemple de permis de travail accordé à un citoyen canadien. Avant qu'une personne obtienne un permis de travail, certaines étapes doivent être suivies.

Sign up to view the full document!

La première et la plus importante étape est le fait que l'étranger doit recevoir une offre de travail d'un employeur canadien (Campbell Cohen, 2018). Par la suite, le futur employeur doit présenter une demande d'évaluation de l'impact sur le marché du travail (Campbell Cohen, 2018). Cela n'est pas nécessaire pour les citoyens américains ou mexicains en raison des dispositions de l'ALENA. Le permis de travail temporaire peut être violé de plusieurs façons. La première est de continuer à travailler au Québec même après la fin de validité du permis. De plus, les titulaires d'un permis de travail temporaire peuvent se livrer à un travail illégal en étendant leur emploi à des employeurs figurant sur la liste des employeurs non admissibles («Permis de travail temporaires: conditions, modalités et validité», 2018).

Sign up to view the full document!

Lorsqu'un titulaire d'un permis de travail recherche un emploi dans des entreprises offrant des services de stripteases, de danse érotique, d'escorte ou de massage érotique, le titulaire de permis engage un travail illégal («Permis de travail temporaire: conditions, modalités et validité», 2018 ). Ensuite, bien sûr, tous les immigrants qui ont accédé illégalement au Québec deviennent des travailleurs illégaux lorsqu'ils cherchent une forme quelconque d'emploi. Certaines des façons dont le problème peut être résolu en abordant l'ALENA comprennent: incorporer les droits du travail de l'OIT, y compris une clause pour protéger les petits agriculteurs au Mexique, et inclure une clause qui verrait les industries pertinentes développées dans le pays créant ainsi des emplois (Zamora, 2009). De plus, des considérations politiques doivent être prises en compte; par exemple, le Canadien peut réviser les dispositions du permis d'études.

Sign up to view the full document!

Que ce soit directement ou indirectement, les dispositions de l'accord visaient également à résoudre le problème de l'immigration clandestine et du travail illégal dans certains États membres, en particulier le Canada et les États-Unis. Cependant, il s'avère que l'accord n'a pas résolu ce problème. Comme illustré dans le document, certaines des dispositions telles que la suppression des droits sur les produits agricoles en provenance d'Amérique comme le maïs ont eu des effets dévastateurs sur l'économie des Mexicains. calverimmigrationservices. com/immigrationfaq/2017/7/26/non-compliance-immigration-case-study Campbell Cohen. Obtenir un permis de travail temporaire canadien | Canadavisa. com. Récupéré de https://www. Que devrait-on faire au sujet de l'immigration clandestine du Mexique aux États-Unis? Mathematical And Computer Modeling, 46 (7-8), 1115-1129. doi: 10. j. mcm. Kovacs, C. Récupérée de http://www.

Sign up to view the full document!

immigration. ca/temporary-work-permits-conditions-terms-and-validity/ Verea, M. Tendances de l'immigration après 20 ans d'ALENA. Norteamérica, 9 (2), 109-143. ase. tufts. edu/gdae/Pubs/rp/PardeeNAFTACh8ZamoraMigrationNov09. pdf 5. ANNEXE 1.

Sign up to view the full document!

From $10 to earn access

Only on Studyloop

Original template

Downloadable